Rechercher

Les véhicules de police de la route

Avec la modernisation du réseau routier et le développement des autoroutes, l'augmentation fulgurante des automobiles amène une recrudescence des accidents de la circulation ainsi qu'une multiplication des infractions au code la route. Les brigades territoriales ne pouvant se charger exclusivement de la sécurité routière, des brigades et pelotons motorisés voient le jour au début des années 1950 tandis que les premiers pelotons et escadrons d'autoroute pointent leur nez dans le courant des années 1960.


Les militaires affectés dans ces unités sont chargés d'assurer des missions de police de la route afin de faire diminuer par leur présence et leur action les infractions commises par les automobilistes et, de ce fait, les accidents en résultant.

Des brigades mixtes sont également créées. Elles se composent de militaires de brigade territoriale dont certains ont une compétence motocycliste. Le parc automobile de ces unités se compose alors de motocyclettes et de véhicules de brigade. Dans le courant des années 1970, ces unités seront dissoutes. Il ne restera donc que les brigades et les pelotons motorisés gérant le réseau national et secondaire en complément des unités territoriales et les pelotons et escadrons d'autoroute qui, comme leur dénomination l'indique, auront compétence uniquement sur l'ensemble des autoroutes de France.


Les années 1990 marqueront l'arrivée des brigades motorisées autoroutières sur des axes nouveaux n'étant pas encore pris en compte par les différentes sociétés d'autoroute, puis la suppression des pelotons motorisés et escadrons d'autoroute pour ne laisser qu'une seule formation : l'escadron départemental de sécurité routière, implanté dans

chaque département, hormis les départements de la petite couronne parisienne.

Source : 1 siècle de Véhicules de la Gendarmerie Nationale.


300x300-ct.jpg

LE BLOG OFFICIEL