Toute l'actualité de l'Association et l'Histoire Gendarmerie !

LE BLOG OFFICIEL

Rechercher

Les sections aériennes

C'est au début de l'année 1954 que la Gendarmerie reçoit son premier hélicoptère : le

Bell 47G. Celui ci, précurseur d'une longue lignée, sera stationné dans l'enceinte du 1er groupement blindé basé à Satory (78). C'est avec ce premier aéronef que sera créée la première unité des formations d'hélicoptères de la gendarmerie, dont les dignes héritières seront les SAG : sections aériennes gendarmerie.


Au total, douze appareils Bell 47G serviront sous les couleurs de l'arme et le dernier exemplaire quittera les formations aériennes en 1972. Très vite, de nouvelles unités sont implantées sur le territoire national, y compris outre-mer, nécessitant l'emploi de nouveaux hélicoptères. L'Alouette 2, en 1957, puis l'Alouette 3, à partir de 1963, épauleront le Bell au travers

des multiples missions.


Recherche de personnes, sauvetage en montagne, surveillance de la circulation et évacuation sanitaire sont le lot quotidien de nos gendarmes volants. Les Alouette connaîtront un vif succès au sein de ces unités et leur monopole ne sera entaché qu'à partir de 1982, année où l'Écureuil entrera en service dans l'institution comme successeur de l'Alouette 2.





Avant cette date, les Alouette auront connu diverses motorisations et équipements, mais surtout elles adopteront le bleu gendarmerie après le bleu nuit et même le kaki pour certains appareils. En 1975, à la suite de la destruction d'une Alouette 2, une reconstruction est effectuée et l'appareil transformé en Lama SA 315b.

En fait, une Alouette 2 avec la mécanique de l'Alouette 3. Unique exemplaire en gendarmerie, il servira exclusivement à la Réunion avant d'être réformé en 1986.


L'arrivée de l'Écureuil avec une nouvelle décoration permet de généraliser cette dernière sur le parc existant d'Alouette 2 et 3. Cette décoration est caractérisée par le ceinturage de