Rechercher

La lutte contre les faux-monnayeurs (1770)

Un édit royal de 1770 avait créé une charge de lieutenant-guidon pour deux cents archers dans la Compagnie du Prévôt Général des Monnaies.


La présente déclaration eut pour objet de compléter le règlement de ladite compagnie.

Les lieutenants, le lieutenant-guidon, les exempts et archers répartis « ès siège de la Cour des Monnoies » devaient se réunir une fois l'an à Paris dans une « montre et revue »;

Ceux qui ne pourraient venir, pour cause de maladie, devaient envoyer un certificat en bonne forme du chirurgien ou du curé de leur paroisse.


Ils étaient chargés d'arrêter qui que ce soit prévenu d'avoir fabriqué, exposé ou altéré des fausses monnaies, ou « commis abus, malversations dans commerce des ouvrages et matières d'or ou d'argent ».


Le sieur Bazard, prévôt général des monnoies, jouissait désormais de la noblesse au premier degré, ainsi que ses successeurs à cet office.

Quant aux officiers et archers, ils seraient exempts des rôles de taille et de capitation des villes, bourgs ou villages de leurs résidences, comme les autres cavaliers de la maréchaussée.


Quant aux « présentes », elles seront lues, publiées, registrées et affichées afin que nul n'en ignore.

« Car tel est notre plaisir ».


SOURCE : HUIT SIECLES DE GENDARMERIE


300x300-ct.jpg

LE BLOG OFFICIEL