Toute l'actualité de l'Association et l'Histoire Gendarmerie !

LE BLOG OFFICIEL

Rechercher

Les chiens dans la Gendarmerie

Cet historique est fait à partir du livre « 1945-2005 – Centre National d'Instruction Cynophile de la Gendarmerie Nationale – 60° anniversaire »

HISTOIRE DES CHIENS DE LA GENDARMERIE

La première référence écrite concernant des chiens dans la gendarmerie est une circulaire du 10 décembre 1921. Il y est question de chiens de sécurité de la 15ème Légion ter, qui trouvait en Corse, ils y avaient un emploi tout spécial répondant à un but particulier.

Circulaire concernant l'utilisation des chiens de police par la gendarmerie. N° 20118 T/13. Paris, le 10 décembre 1921.

L'affectation des chiens de police aux brigades de gendarmerie a été fréquemment envisagée. Il importait donc, avant de répondre à des voeux qui n'ont d'ailleurs pas été formulés sous forme d'étude documentée, de rechercher les résultats obtenus par leurs services relevant du Département de l'Intérieur. Ces services ont reconnu que très rarement les chiens de police jouaient un rôle utile et qu'au surplus leur entretien était trop onéreux en regard des services qu'ils pouvaient rendre, aussi ont-ils renoncé à leur emploi depuis plusieurs années. Il n'y a donc pas lieu de renouveler cette expérience. Toutefois, il ne sera rien modifié au régime des chiens de sécurité de la 15e Légion Ter qui trouvent en Corse un emploi tout spécial répondant à un but particulier.

La gendarmerie s'aligne sur cet avis: expérience non concluante.

Les chiens de la Gendarmerie ont commencé à faire une timide apparition au cours de l'année 1943, la France était alors coupée en deux par l'armistice. A cette époque, une expérimentation est décidée dans deux domaines « chien policier » et « chien de montagne ».

Il est décider d'implanter des équipes cynophiles: - Dans le département du Nord (dans la zone occupée), pour 14 brigades frontalières; - Dans cinq départements de la zone sud (dans la zone libre) : Haute-Vienne, Loire, Tarn, Lot et Var, à raison de 3 chiens par département; - Dans le département des Hautes-Pyrénées, pour 6 de ses brigades de haute montagne.

Les animaux étaient alors dressés par les services vétérinaires militaires, la Gendarmerie ne possédant pas encore de centre de dressage. La Direction des Services vétérinaires disposait d'un chenil installé dans une annexe de l'Etablissement hippique de transition de Ségala-Gramat (Lot).

En 1944, cette expérimentation est étendue à toutes les régions de Gendarmerie des deux zones.

En 1945, l'état-major de l'armée ayant décidé la suppression des centres hippiques militaires, la Gendarmerie demande et obtient la cession de l'établissement du Ségala-Gramat, pour l'installation de son propre chenil.

Lors de la prise de possession de l'établissement celui-ci héberge 69 chiens de 13 races différentes: 9 Bergers allemands; 17 Bergers de Beauce; 9 Bergers de Brie; 3 Bouviers des Flandres; 3 Dobermans; 2 Bergers Belges (1 Malinois et 1 Groenendael); 2 Saint-Bernard; 10 Montagnards des Pyrénées; 7 Esquimaux; 4 Bergers des Pyrénées; 1 Samo