Versailles & Satory

  • M. Germain
  • Histoire

En 1871, le camp de Satory fut le lieu de détention de milliers de communards qui vécurent plusieurs mois sans abri ni soin. Un grand nombre moururent de maladie, de blessures ou furent abattus et inhumés sur place entre l'étang de la Martinière et le "Mur des Fédérés" où subsiste une fosse commune à l’emplacement de laquelle une plaque commémorative a été apposée. 
Les vingt-cinq condamnés à mort par le conseil de guerre furent fusillés au polygone d'artillerie, situé au bord de la RN 12. Les plus célèbres sont Louis Rossel, polytechnicien, colonel du génie, qui avait avant tout refusé la capitulation devant l'ennemi et Théophile Ferré, animateur de la Commune de Paris et compagnon de Louise Michel. Leur exécution avec le sergent Pierre Bourgeois eut lieu le 28 novembre 1871. 

 

vb_att10.jpg


Quartier MONCEY
Le son vrai nom Adrien-Jeannot de Bon, le Maréchal MONCEY est né à Palice près de Besançon le 31 juillet 1754. Fils d’un avocat du parlement de Besançon , il abandonne ses études pour s’engager à 15 ans dans  l’armée. 
Sous-lieutenant  en 1779, capitaine en 1791, il se distingue dans les Pyrénées à la tête de la légion des chasseurs de Cantabres (1793-1794) puis en 1794-1795 comme général en chef de l’armée des Pyrénées Occidentales où grâce à la victoire de Villanoua (1795) et l’occupation de la Navarre, il contraint l’Espagne à demander la paix au mois de juillet 1795. 
Disgracié par le Directoire, il est distingué par BONAPARTE, Premier Consul, qui pour restaurer la gendarmerie qui avait alors « un esprit vaurien » avait décidé de lui donner un vrai chef en la personne d’un général de division Premier Inspecteur Général. 
Le 3 décembre 1801, MONCEY est nommé Premier  Inspecteur Général de la gendarmerie. D’emblée il s’informe aux gendarmes; il s’emploie à forger une doctrine commune et à faire de la gendarmerie un corps uni; c’est sous sa plume qu’apparaît pour la première fois le mot « armée » tout court pour désigner le corps. 
En 1804, il est nommé Maréchal. En 1808, il est fait duc de Conégliano (Italie, au Nord de Padoue). A la tête d’un corps de 28000 hommes  il repart guerroyer en Espagne; afin quelques  succès  il échoue devant Saragosse; relevé de son commandement il est envoyé en hollande où à la tête de l’armée des Flandres  il contraint les Anglais à rembarquer (septembre 1809). 
Le 25 décembre 1811, l’Empereur lui confie la seule "Aigle"  attribuée à la gendarmerie (une seule , pour bien souligner l’unité de l’Arme). 
En 1814, commandant la gendarmerie Nationale de Paris, il combat, l’un  des derniers, à la bannière de Clichy et dirige lui-même la résistance contre les Prussiens avec des Invalides, l’école Polytechnique et  des soldats qu’il avait pu rassembler. 
Pendant les quelques mois de la première Restauration le Maréchal MONCEY est maintenu dans ses fonctions de « Premier Inspecteur » et fait « Pair de France »; au retour de l’Empereur il obtient de ne pas servir; Louis XVIII  revenu, le Maréchal MONCEY refuse de juger le Maréchal NEY et il est emprisonné. 
En 1823 ayant retrouvé titres et dignités, il part une troisième fois se battre contre les Espagnols. Nommé Gouverneur des Invalides en 1834, il y reçoit en 1840 les cendres de NAPOLEON. 
Il meurt le 20 avril 1842 à l’âge de 88 ans. 

 


Quartier DELPAL
DELPAL , Louis , né le 16 juin 1902, engagé volontaire pour 5 ans le 16 juin 1920, il sert successivement au 501ème RCC puis au 519ème RCC. Affecté à l’école d’application  d’Infanterie, Division chars le 12 octobre 1924, il est nommé sous-lieutenant  le 01 octobre 1925. Affecté au 501ème RCC le 22 août 1926, il est promu Lieutenant le 01 octobre 1927. 
 Admis à l’école des Officiers de la Gendarmerie à VERSAILLES le 05 octobre 1927, il devient Lieutenant  de Gendarmerie  le 25 septembre 1928 et est affecté à la Garde Républicaine de Paris. Le 25 mars 1933 il rejoint le Groupe Spécial de SATORY. 
Promu Capitaine le 25 juin 1934, il est affecté à la 6ème Légion de Gendarmerie, il commande successivement  les  Compagnies de SEDAN et MEZIERES. 
Affecté à la 1ère Légion de GMR le 11 novembre 1939 il est en résidence à SATORY. C’est à cette époque que, répondant à la vocation  militaire de la Gendarmerie, est crée le 45ème Bataillon de chars Légers de la Gendarmerie. De par sa formation militaire, le Capitaine DELPAL est affecté à cette unité et il prend le Commandement de la 2ème Compagnie. Rapidement instruits les militaires de cette formation  participent dés le mois de mai 1940 aux violents combats de la trouée de SEDAN. Dans la journée du 23, la 2ème Compagnie parvient après de lourdes pertes  à enrayer une partie de l’avance  ennemie. C’est au cours de cet affrontement que le Capitaine DELPAL trouve la mort. 
 Il est fait Chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume, avec une citation à l’ordre de l’armée – croix de guerre 1939-1945 avec palme. 
Par ordre N° 235 / D, le Ministre de la Défense nomme CHEVALIER de la Légion d’honneur avec les termes suivants: 
« DELPAL, Louis, Capitaine du 45ème Bataillon de Chars de la Gendarmerie » 
« Officier plein d’allant qui a enlevé brillamment sa compagnie au cours de toutes ces attaques du Bataillon. A eu son char percé de balles et son mécanicien blessé. A été lui-même grièvement atteint en poursuivant le combat ».
 

La nomination ci-dessus comporte l’attribution de la Croix de Guerre avec Palme. 
Le 29 juin 1940
 


Quartier GUICHARD 
L’Adjudant Chef GUICHARD, Moïse appartient au groupe spécial de SATORY. Dés la formation du 45ème Bataillon de Chars légers de la Gendarmerie, il est affecté à cette unité, il participe à l’instruction des personnels et à la mise sur pied opérationnelle de cette formation. Il reçoit le commandement d’une section de chars de la Compagnie commandée par le Capitaine DELPAL. 
Dans le courant du mois de mai 1940, il participe à la tête de sa section aux combats qui se déroulent dans la trouée de SEDAN. Le 23 mai, au cours d’une attaque, il est mortellement blessé à TANNAY. Il est cité à l’ordre de l’armée  (croix de guerre 1939 – 1945 avec Palme). 
  
Dans son ordre du jour  N° 667 / C, le Général d’Armée, commandant en Chef des Forces Terrestres, Ministre, secrétaire d’état à la guerre cite: 
« A  L’ORDRE  DE  L’ARMEE » 
GUICHARD, Moïse  -  Adjudant Chef  du 45ème Bataillon de Chars. 
« Chef de section très énergique, plein d’enthousiasme et d’allant. Le 15 mai 1940, a pénétré dans le dispositif ennemi sur une profondeur de plusieurs kilomètres, infligeant à l’adversaire des pertes considérables. Le 23 mai  1940 son  char ayant été détruit par un obus  anti-char au cours d’une attaque, a, avec calme démonté sous le feu les armes de son appareil  et s’est ensuite replié à pied, malgré un violent tir de barrage de l’artillerie ennemie. A été mortellement blessé au cours de cette action »
 

 Cette citation comporte l’attribution de la Croix de Guerre avec Palme. 
Le 8 juillet 1941
Journal officiel du 7 novembre 1941 


Quartier PASQUIER 
Le Mdl/Chef  PASQUIER, Raymond, Bernard est né le 2 février 1943 à BERRECHID (Maroc). 
 Après un engagement de 4 ans, en  août 1960, dans la  Marine  Nationale, il entre le 16 avril 1968 au C.I. de l’E.O.G.N.  à MELUN en qualité d’élève gendarme. 
Sorti le 17 octobre 1968, PASQUIER est muté à l’E.G.M. 4 / 2 à MELUN. 
Après son passage dans les S.O.C. le 16 octobre 1970, il est affecté à l’escadron parachutiste de MONT DE MARSAN le 16 mars 1971. 
En 1972, il obtient le certificat d’aide moniteur EPS puis en 1973 celui de moniteur EPS. Durant cette année-là, il réussit également le 1er degré de plongeur autonome à ANTIBES. 
Le 01 janvier 1974, PASQUIER est promu au grade de Mdl/Chef et sert au GIGN / 4  à  MONT DE MARSAN. 
Le Mdl/Chef PASQUIER rejoint le GIGN / 1 à MAISONS-ALFORT le 01 octobre 1976. 
Le 23 avril 1977, le Mdl/Chef PASQUIER effectue un exercice de franchissement à MAISONS-ALFORT, au cours duquel  il fait une chute mortelle. 
 Le Mdl/Chef PASQUIER, marié , père de deux enfants, a totalisé 13 ans  6  mois et 16 jours de service  le 23 avril 77 dont  9 ans 1 mois et 23 jours dans la Gendarmerie. 
Il a été cité à l’ordre de l’armée à titre posthume par le Ministère de la défense le 13 juin 1977. 

magret bernard 27/06/2016 12:03

je recherche des infos sur le devenir de mon grand oncle jean Farnier qui était gendarme a cheval a rennes(35)en 1907 10eme legion de gendarmerie et ensuite domicilié a Versailles sur sa fiche matricule en 1920..mais j'ai perdu sa trace ...
bien cordialement
BM

APTG © 2017 - Association médaillée par l'UNPRG le 26/12/2011 -  Hébergé par Overblog