Le panneau de la Prévôté de Mostar (Bosnie-Herzégovine)

  • APTG
  • Histoire

 

Par Auger Philippe

 

 

En avril 1996, j'ai eu la chance de rejoindre ma première mission en OPEX (opérations extérieures). Je suis détache pour 6 mois à Mostar en Bosnie Herzégovine, siège de la division multinationale sud est (DMNSE). Nous sommes une vingtaine de gendarmes, de presque toutes les régions de France et de plusieurs subdivisions de l'Arme : départementale, mobile et garde républicaine. Décollage de la BA 123 d'Orléans du Transal qui nous conduit jusqu'à Sarajevo. De là, après un bref accueil du commandant du détachement prévôtal français, nous embarquons dans un Puma qui nous amène directement dans le camp français, sur le site de l'aéroport de Mostar-Ortijes Le dépaysement est complet. Le camp, à part quelques bâtiments en dur est composé d'une multitude de tentes et de « corimec », nom du fournisseur de modulaires type « algéco ». Notre unité est la prévôté divisionnaire et elle se compose d'un commandement avec secrétariat, de deux pelotons (un à Sarajevo et l'autre à Mostar), d'une brigade d'investigations et d'un centre opérationnel. J'intégre la brigade prévôtale d'investigations (BPI), en charge de gérer et d'armer au quotidien le centre opérationnel. Si nos quartiers sont en toile (tente à six avec chauffage au kérozène...), les bureaux sont dans des « corimec » regroupés sur un parking. Nos prédécesseurs ont bien identifié les lieux avec des panneaux imprimés, glissés dans des feuilles de plastique transparent. La condensation a tôt fait de les détériorer. Je me mets en tête de réaliser une enseigne, comme à la maison! Après avoir récupéré une planche de contreplaqué, j'emprunte une scie sauteuse et un peu de peinture au service général de l'état major. Je trace, je scie, je peintulure! Je termine par un lettrage au pinceau.... de correcteur dactylo (ceux qui ont tapé à la machine connaissent!) Le capitaine immortalise la pose du panneau d'une photo que voici.

Sans-titre.png

Six mois passent et, contraint et forcé, je regagne mon unité en France. Stages, second, puis troisième séjour en OPEX, mutation, etc.. 2010. Il y a un mois, un camarade qui gère les retours de matériels d'OPEX me téléphone. « Je viens de finir le tri dans les caisses prévôtales. Il y a des trucs qui ne font pas partie du matériel réglementaire. Viens voir et si ça t'intéresse prends les. Sinon, direction la poubelle ». je ne me fais pas prier. La première chose que je vois le long d'un mur est un panneau bleu dont la silhouette m'est familière. Je le retourne et constate qu'il s'agit de « mon » panneau.

Sans-titre2.png

*Le lettrage a été modifié au fur et à mesure des changements d'appellation de la mission (IFOR = implementation force, SFOR = stabilisation force, EUFOR = european force) mais c'est bien lui! Quatorze ans après, voilà une sympathique coïncidence... peut-être le signe d'un prochain départ!

Pascal 19/08/2010 02:00


Une bien belle anecdote... Remarquablement bien écrite !!!! Ca sent le vécu ! lol


Vallès Michel 18/08/2010 13:39


Peut-être que, le départ futur, est pour les très grandes vacances.


APTG © 2017 - Association médaillée par l'UNPRG le 26/12/2011 -  Hébergé par Overblog