Le matériel de contrôle de vitesse

  • Michel GERMAIN
  • Histoire
Le matériel de contrôle de vitesse

 

Le décret du 10 mars 1899 réglemente la circulation des automobiles: 30 km/h en rase campagne et 20 km/h en agglomération. Ces limitations furent supprimées à l'apparition du 1er Code de la route en 1922. Chacun devait adapter sa vitesse aux circonstances.

Contrôle de vitesse en 1923.

Procès verbal pour excès de vitesse, brigade de Pont-Croix.

...revétus de notre uniforme et conformément aux ordres de nos chefs, rapportons qu'étant en tournée dans la commune de Meilar, nous avons vu, au hameau de Confort en cette commune, sur la route nationale n°169, une automobile genre Torpédo, peinte en noire, à 4 places, venir de la direction de Douarnenez, se dirigeant vers Pont-Croix, à une allure excessive. Ayant pris un point de repère entre 3 bornes hectométriques, c'est à dire de la maison Bariou à la maison Celton, distantes de 300 mètres, nous avons constaté, montre en main, que cette automobile a mis 23 secondes pour parcourir cette distance, faisant ainsi 46kms 956 à l'heure....

Nous avons relevés sur les plaques avant et arrière de cette voiture le n° 55242-B.

Il existe à chaque extrémité du hameau, une pancarte indiquant la vitesse maximum que doivent observer les véhicules automobiles dans la traversée de cette agglomération, soit 12kms à l'heure.

L'automobile contrevenante nous ayant dépassé au moment où nous verbalisons, nous n'avons pu faire usage de nos sifflets, ni interpeller le conducteur.

Nous avons dressé procès-verbal contre le conducteur de l'automobile n° 55242B, conformément à l'article 1er de l'arrêté municipal de Meilar, en date du 28 août 1922, pour excès de vitesse”

 

 

 

Depuis 1954, la réglementation sur la vitesse n'a pas cessé d'évoluer.

Le 10 juillet 1954 la vitesse est limitée à 60 km/h en agglomération.

 

1961 Limitation de la vitesse à 90 km/h sur les 2 100 kilomètres de routes les plus chargées, toutes les fins de semaine.

 

A partir, du 15 avril 1969, la vitesse est limitée à 90 km/h pendant un an pour les nouveaux titulaires du permis de conduire.

 

Le décret du 3 décembre 1973 limite la vitesse à 90 km/h sur routes et 120 sur l'autoroute. Un an plus tard, le 9 novembre 1974, la vitesse est de 130 sur autoroute, 110 sur les voies expresses à 2 x 2 voies et 90 km/h sur les routes.

 

L'arrêté du 8 décembre 1975, fixe à 45 km/h par construction la vitesse maximum de circulation des cyclomoteurs.

 

Entre 1982 et 1983, la vitesse des voitures particulières sur chaussée mouillée va être réduite :80 km/h sur les routes, 100 sur les voies expresses à 2 x 2 voies et 110 sur les autoroutes.

L'arrêté du 26 août 1983, rend obligatoire l’installation des limiteurs de vitesse :

a) pour les poids lourds mis en circulation à compter du 1er octobre 1983 :

90 km/h pour les véhicules de 10 à 19 tonnes,

80 km/h pour les véhicules de plus de 19 tonnes ;

b) pour les véhicules de transports en commun :

100 km/h pour les véhicules équipés de système antiblocage

des roues ;

90 km/h pour les autres véhicules non équipés.

 

 

1988, généralise la vitesse à 50km/h en agglomération. Et quatre ans plus tard, le 4 décembre un décret impose cette vitesse sur l’ensemble des réseaux en cas de visibilité inférieure à 50 mètres.

 

Le décret du 24 mars 1998 instaure une contravention de la 5ème classe pour sanctionner l’excès de vitesse égal ou supérieur à 50 km/h.

 

La loi du15 novembre 2000, prévoit l’extension du pouvoir de rétention du permis de

conduire par les officiers et agents de police judiciaire pour les excès de vitesse de 40 km/h et plus.

 

Le 6 décembre 2004, un décret prévoit l’aggravation des sanctions pour les excès de vitesse de 50 km/h et plus ainsi que la minoration des sanctions pour les excès de vitesse de moins de 20 km/h hors agglomération.

 

 

Maintenant que nous avons parlé des limitations de vitesse, parlons des radars.

Les Radars embarqués.

Le premier radar expérimenté en poste fixe fut le Mesta 100 en 1946.

 

Le traffipax.

En 1964, la gendarmerie met en service un véhicule équipé d'un traffipax fabriqué par la société allemande “Traffipax Vertrib GmbH, permettant d'enregistrer les excès de vitesse. Il était composé de deux appareils photos de marque Robot, d'un flash électronique et d'un compteur spécial communiquant la vitesse, l'heure et la date de l'infraction.

Disposés derrière le pare-brise côté chef de bord, les appareils photographiques permettaient d'opérer avec un maximum de précision. Le robot disposé sur le côté gauche, était équipé d'un téléobjectif Schneider de 75mm et réglé en permanence à la vitesse du 1/500e seconde, tandis que celui de droite était équipé d'un objectif Schneider à focale standard 50mm et réglé au 1/200e.

Un phare inversé en forme d'obus installé sur l'aile avant droite du véhicule contenait un tachymètre gradué de 0 à 120 km/h, au centre une horloge avec heure, minutes et secondes, en bas du compteur se trouvait un dateur.

Sur le côté droit du toit était fixé le tube à éclat du flash électronique, qui lui même était installé dans un projecteur automobile. La portée était d'une vingtaine de mètres.

Au retour du service de la police de la route les gendarmes devaient procéder au développements et aux agrandissements de leurs films noir et blanc.

 

 

MESTA 204D.

Le Mesta 204D est apparu au début des années 70 pour remplacer le Mesta 202 des années 60.

MESTA 206.

Utilisé sur le bord des routes de France dès 1979, le Mesta 206 appelé familièrement “barbecue”, était fabriqué par la société SFIM, puis SAGEM jusqu'en 1986, date à laquelle il a été remplacé par le Mesta 208.

MESTA 208.

Utilisé comme son grand frère le Mesta 206 depuis 1989. Ces appareils utilisent l'effet Doppler. L'onde électromagnétique émise rayonne son énergie dans une direction privilégiée au moyen d'une antenne directive. Ces radars sont souvent couplés à un appareil photographique LRP 90.

MESTA 210.

Dernier né des radars à effet Doppler, le Mesta 210 est associé au système SVR 2000. L'appareil peut prendre des mesures jusqu'à 50mètres environ avec une portée réglable de 1 à 4 voies.

CERVA.

Le système Cerva est un radar mobile conçu pour contrôler la vitesse des véhicules en roulant.

EUROLASER.

En 1997, les radars laser font leurs apparitions sur les bords des routes. Les jumelles Eurolaser peuvent être transportées même en moto, ce qui permet une installation rapide. Elles sont souvent utilisées avec un trépied et la portée est supérieure à 600 mètres dans des condition climatiques optimales, mais dans les conditions réelles d'utilisation elle est d'environ 450 mètres. Sa qualité optique permet également de contrôler la plaque minéralogique, le port de la ceinture et l'utilisation de téléphones portables.

Portée maximale : de 450 à 600 mètres

Angle de visée : 0°

Etendue de mesurage des vitesses : 0 à 250 km/h,

Sens de mesure de la vitesse : rapprochement ou éloignement

 

ULTRALYTE.

L'Ultralyte de la société Mercura est un radar laser sous la forme d'un pistolet. Il est facilement transportable car d'un poids inférieur à 2 kilos et d'une autonomie de 20 heures avec ses batteries intégrées. La technologie Laser mise en oeuvre depuis l'année 2000 permet la mesure de la vitesse.

L'Ultralyte est exclusivement destiné à être utilisé à poste fixe, et n'effectue des mesures que par déclenchement manuel. Pour effectuer chaque mesure, il faut sélectionner un véhicule puis le viser à l'aide de la lunette optique. Au moment de la mesure, l'axe optique du rayon laser doit former avec la trajectoire du véhicule un angle proche de 0° sous peine de minorer la vitesse réelle du véhicule.

Portée maximale : de 450 à 610 mètres

Angle de visée : 0°

Etendue de mesurage des vitesses : 0 à 250 km/h,

Sens de mesure de la vitesse : rapprochement ou éloignement

APTG © 2017 - Association médaillée par l'UNPRG le 26/12/2011 -  Hébergé par Overblog