Le commandement de la Gendarmerie de la Polynésie (1968-2013)

  • Michel GERMAIN
  • Histoire
Le commandement de la Gendarmerie de la Polynésie (1968-2013)

A partir de 1970, au vu des excellentes conditions de sécurité des essais sous ballon, l'essentiel des moyens et des personnels s'installe progressivement à terre, à Mururoa. Le dernier essai aérien a lieu à Mururoa le 14 septembre 1974, et le premier tir souterain à Fangataufa est effectué le 5 juin 1975.

 

Un poste de gendarmerie est créé à Pirae en 1971, celui-ci sera dissout le 1er février 1973, pour être transformé en brigade territoriale. La décison ministèrielle du 25 mars 1971 dissous à compter du 1er avril, la Légion de gendarmerie du Pacifique.

 

Les unités de Nouvelle-Calédonie, Dépendances et Territoires rattachés prennent l'appellation de Groupement de Gendarmerie de Nouvelle-Calédonie et Dépendances. Le Groupement de Polynésie est érigé en corps autonome. Le 2 août un B.I.C. de Tuamotu est créé. Par la circulaire du 2 juillet 1972, le peloton mobile n° 29 devient le peloton mobile n° 80 de Papeete.

Gendarme RICHAUD Joseph - Groupement de Gendarmerie de la Polynésie française.

 

« Gendarme animé d’un sens élevé du devoir ; le 8 avril 1972, au cours d’une patrouille de nuit dans la commune de Faa'a (île de Tahiti), alors qu’il tentait d’imposer l’arrête à deux jeunes cyclomotoristes circulant à très vive allure et sans éclairage, a été renversé et mortellement blessé par l’un d’eux. »

A obtenu pour ce fait, à titre posthume :

- la Médaille de la gendarmerie nationale par arrêté du 16 juin 1972.

 

Livre d’Or de la Gendarmerie - 1972.

La brigade Fichier-Recherches est créée le 1er mars 1973, par la décision minsitèrielle n° 59309 du 28 décembre 1972, à l'effectif de un maréchal des logis-chef et trois gendarmes. Le 1er janvier 1974, une brigade est créée à Rangiroa. Le poste de Mururoa est transformé en brigade par la décision du 25 juin 1975, à compter du 1er août 1975, un adjudant commande trois gendarmes. Le poste de Fangataufa est supprimé en février 1976. La brigade de Papeete-CEP est créée au mois de juillet 1975 avec un maréchal de slogis-chef et un gendarme.

Le Peloton mobile n° 81 est créé en 1976, une brigade des transports aériens est créée à Faa'a le 1er juillet 1976 à la place du poste créé en 1959, quinze sous-officiers composent l'unité.

Maréchal des logis-chef TEHEI Christian, du cadre d’outre-mer - Groupement de Gendarmerie de la Polynésie française.

 

« Maréchal des logis-chef du cadre d’outre-mer, commandant la brigade de Raiatea (Polynésie française), chef au cœur généreux, animé constamment par le souci du bien public. A donné la mesure de son courage le 11 février 1976 en participant volontairement à une expédition de secours particulièrement périlleuse destinée à récupérer un blessé grave sur l’îlot éloigné de Mopelia. A disparu en mer avec huit autres personnes au cours de cette mission, victime de son devoir et de son abnégation.»

A obtenu pour ce fait :

- la Médaille de la Gendarmerie par arrêté du 4 août 1976.

 

Livre d’Or de la Gendarmerie - 1976.

Le 1er août 1978, une brigade est créée à Arue et à Faa'a, la première comprend 1 adjudant, 1 chef et 6 gendarmes. La deuxième comprend deux gendarmes supplémentaires. Tahaa se voit installée une brigade, et à compter du 1er septembre la brigade fichier-recherches sont scindée en deux. Le fichier comprend un maréchal des logis-chef et trois gendarmes. La BR, un adjudant et cinq gendarmes. L'année suivante une brigade est créée à Rimatara.

La décision du 2 juillet 1982, réorganise à partir du 1er janvier 1983, le Groupement de gendarmerie de la Polynésie, deux compagnie sont créées: La Compagnie des Îles du Vent comprenant les unités implantées dans les iles de Tahiti et Mooréa: BR à Papeete; Bmo à Papeete; Brigade des transport Aériens de tahiti-Faaa; BT de Papeete – Papeete-Cep – Faaa – mooréa – Paéa – Arué – Tiarei – Taravao. La Compagnie des Archipels comprenant les autres unités ainsi que la brigade itinérante et cotière des Tuamotu: BT de Tahaa – Bora-Bora – Huahine – Raïatea – Hiva-Oa – Nuku-Hiva – Ua-Pou – Riavavae – Rimatara – Ruturu – Tubaï – Rikitéa – Mururoa (élément central et poste permanent de Fangataufa) – Rangiroa – Hao.

 

Le 1er juin 1984, le Peloton mobile  type porté n° 82 est créé à Papeete. Le 06 août 1985 est signé le Traité de Rarotonga (Îles Cook), déclarant le Pacifique Sud zone dénucléarisée. La France ne s’y est pas associée.  En 1987, une briagde routière est créée au sein du peloton mobile. Le 1er janvier 1989, un Groupe de gendarmes auxiliaires est créé auprès de la Compagnie des Iles du vent à Pappete.

 

Gendarme VENDANGE Yves - Groupement de Gendarmerie de la Polynésie française.

 

« Jeune gendarme d’un grand courage, animé d’un sens élevé du devoir. Le 4 octobre 1989, à Paea, est intervenu pour maîtriser un individu armé d’un poignard qui menaçait la vie d’une enseignante. Malgré les risques encourus et en dépit de ses blessures a, grâce à sa détermination et son réel mépris du danger, réussi à neutraliser le forcené. »

A obtenu pour ce fait :

- une citation à l’ordre de la brigade du général de corps d’armée, major général de la gendarmerie nationale, en date du 30 novembre 1989.

 

Livre d’Or de la Gendarmerie - 1989.

La décision du 30 mars 1990, dissous à compter du 15 janvier de la même année, la brigade territoriale de Papeete-CEP, et crée la brigade territoriale de Punaauia. Le 15 juillet 1991 est lancé le dernier essai français dans le Pacifique avant le moratoire d’un an décidé par le président François Mitterrand, le 08 avril 1992. Un Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG) est est créé à Papeete, le 1er novembre 1991, par la circulaire du 3 juillet 1991. Le Groupe de gendarmes auxiliaires est dissous, les dix gendarmes auxiliaires intégrent le PSIG. Un Groupe de soutien au Groupe des pelotns mobiles (GPM) est créé, PM porté n° 80 et n° 82 – Peloton mobile VBRG n° 81.

En 1992, la brigade de recherches de Papeete de la compagnie des Iles du Vent est rattachée au Groupement de gendarmerie de la Polynésie française. Une brigade de rensignements judiciaires du territoire est installée à Papeete. 1993, un gendarme maître de chien et son chien forment l'équipe cynophile nouvellement créée. Le 13 juin 1995, le président Jacques Chirac rompt le moratoire et ordonne la réalisation d'une dernière campagne d'essais nucléaires dans le Pacifique.

Cette ultime campagne a pour but de compléter les données scientifiques et techniques pour passer définitivement à la simulation. Ces essais nucléaires, au nombre de six, prennent fin par un dernier essai le 27 janvier 1996 à Fangataufa. De 1975 à 1996, la France a réalisé 146 essais souterrains en Polynésie. Ils ont été réalisés dans les sous-sols des atolls de Mururoa et Fangataufa. Par arrêté du 10 avril 1997, la brigade territoriale de Mururoa et la poste de Fangataufa sont dissout, à compter du 1er août 1997.

 

En janvier 1998, le Patrouilleur de gendarmerie P.723 « Jasmin » estancré dans le port de Papeete. Le 1er septembre, une brigade de prévention de la délinquance juvénile est créée à Papeete. 2001 - une brigade nautique est créée. La brigade itinérante et cotière des Tuamotu prend l'appelation de brigade territoriale des Tuamotu-centre. 2002 – une brigade territoriale est créée à Papara. Par l'arrêté du 10 avril 2003, le Groupement de gendarmerie de la Polynésie française prend l'appellation de Commandement de gendramerie pour la polynésie française, à compter du 1er mai. Le 27 juillet 2007,  des sections de recherches de la gendarmerie départementale de Papeete sont créées..  La brigade territoriale de Papeete est dissoute à compter du 1er février 2011.  Le Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie de Papeete, la brigade motorisée de Papeete et le Groupe de commandement de la compagnie de gendarmerie départementale des Iles-du-Vent - Papeete,  sont dissous à compter du 1er janvier 2013.

 

LÉGION DE GENDARMERIE DU PACIFIQUE.

La Légion de gendarmerie du Pacifique comprenant les unités de Nouvelle-Calédonie ainsi que celles des dépendances et territoires rattachés.  La Légion du Pacifique est dissoute en 1971. Sur un plateau argenté, écu coupé mi-parti de gueules à un tambour d’Ambryn d’or - d’or à une pirogue de sable à voile blanche - d’azur à un cagou blanc. En chef d’argent la mention « PACIFIQUE » en lettres de sable. Les Nouvelles-Hébrides sont symbolisées par le tambour d’Ambryn, île de l’archipel ;

 

La Polynésie française est représentée par la pirogue à balancier ; La Nouvelle-Calédonie est évoquée par le cagou. Insigne homologué le 2 avril 1966, sous le numéro G.2100, il a été porté jusqu’à fin 1973. A partir de 1971,  les deux groupements de gendarmerie furent séparés ; et à partir de 1973 ces deux unités eurent leur propre insigne.

 

GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE - PAPEETE.

Sur un plateau argenté, écu d'azur chargé, en flanc dextre de quatre étoiles d'or, en flanc senestre d'un atoll et de trois cocotiers de sable, en pointe d'une pirogue à balancier de sable et d'émail blanc.  Au chef de gueules à l'inscription Polynésie en lettres de sable sur fond d'émail blanc. Insigne homologué le 15 mai 1972, sous le numéro G.2328.   Le fond de l’écu illustre tout à la fois une des nuances de l’uniforme et la couleur de l’Océan. Les quatre d’or matérialisent la Croix du Sud, constellation de l’hémisphère austral. L’atoll et le cocotier sont la marque de tout paysage polynésien/ la pyrogue typique de l’archipel avec son balancier évoque le moyen antique  de liaison entre ces myriades d’îles.

Le « drapeau » rouge- blanc - rouge est aux couleurs régionales. Cet insigne a remplacé celui de la Légion du Pacifique, homologué le 26 avril 1966, sous le numéro G.2100.

Le commandement de la Gendarmerie de la Polynésie (1968-2013)Le commandement de la Gendarmerie de la Polynésie (1968-2013)
APTG © 2017 - Association médaillée par l'UNPRG le 26/12/2011 -  Hébergé par Overblog