Le commandement de la Gendarmerie de la Réunion (1945-1989)

  • Michel GERMAIN
  • Histoire
BT DE SAINTE ROSE

BT DE SAINTE ROSE

BT DE RIVIERE DES PLUIES

BT DE RIVIERE DES PLUIES

Comme partout une brigade du Fichier de recherches est créée à Saint-Denis, le 13 août 1945.

Loi n°46-451 du 19 mars 1946 adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale constituante. Création des départements d'Outre-mer.
L'Assemblée Nationale Constituante adopte.
Le président du Gouvernement provisoire de la République promulgue la loi dont la teneur suit :
Article 1 - Les colonies de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion et de la Guyane française sont érigées en départements français.
Article 2 - Les lois et décrets actuellement en vigueur dans la France métropolitaine et qui ne sont pas encore appliqués à ces colonies feront, avant le 1er janvier 1947, l'objet de décrets d'application à ces nouveaux départements.
Article 3 - Dès la promulgation de la présente loi, les lois nouvelles applicables à la métropole le seront dans ces départements, sur mention expresse insérée aux textes.
La présente loi, délibérée et adoptée par l'Assemblée nationale constituante, sera exécutée comme loi de l'État.
Fait à Paris le 19 m
ars 1945. Félix GOUIN

Le 15 août 1947, André Capagorry, le dernier gouverneur de la Réunion, passe le relais au premier préfet de la Réunion.
Les 26 et 27 janvier 1948 un cyclone dévaste la Réunion avec des vents de 300 km/h qui font 165 morts.
 

En 1950, le détachement de gendarmerie de La Réunion devient compagnie autonome rattachée au détachement de l’Afrique orientale française dont dépendent les formations de gendarmerie des Comores.

Le 15 mai 1953, grève générale des fonctionnaires " créoles " à La Réunion mais aussi à la Martinique la Guadeloupe et à la Guyane. Les fonctionnaires d'origine hexagonale détachés en outremer bénéficient d'une prime de vie chère de 70%. Les fonctionnaires d'origine " créoles " dans les mêmes postes et avec les mêmes diplômes n'ont pas droit à une prime de cette nature. Ils réclament 35%. La moitié. Pendant deux mois, Ils bloquent tout l'appareil d'État dans les quatre DOM

En 1960, la compagnie de la Réunion prend l'appellation de Groupement de la Réunion.

Le 28 février 1962, le cyclone Jenny fait 37 morts et 150 blessés.

Le groupement devient Légion de l’océan indien en 1964 incluant le groupement des Comores et la compagnie prévôtale de Madagascar.

Par la décision ministérielle du 23 mars 1965,
- le Peloton mobile n° 152 devient Peloton mobile n° 14 à Saint-Denis ;
- le Peloton mobile n° 156 devient Peloton mobile n° 15 à Saint-Denis ;
- le Peloton mobile n° 154 devient Peloton mobile n° 16 à Saint-Pierre.

Une brigade territoriale est créée à Petite-Île et à Saint-Philippe le 1er septembre 1965, par la décision du 29 juillet.

Gendarme BILLAUD Marc, Joseph – Légion de Gendarmerie de l'Océan Indien.
« Jeune gendarme, dynamique et dévoué.
Le 27 janvier 1968, à Piton-Saint-Leu, a été mortellement blessé par arme à feu alors qu'il tentait d'appréhender un individu dangereux.
A témoigné ainsi d'un sens élevé du devoir et a bien mérité de la gendarmerie. »
A obtenu, pour ce fait, à titre posthume, la Médaille de la gendarmerie nationale par arrêté du 1er
avril 1968.

La décision du 29 mars 1969, crée à compter du 1er avril, la compagnie de gendarmerie de Saint-Benoit, comprenant les brigades de Saint-Benoit – Saint-André – Bras-Panon – Helle-Bourg – Plaine des Palmistes – Sainte-Rose.

La décision du 28 janvier 1971, crée le 1er janvier la compagnie de gendarmerie de Saint-Paul, comprenant les brigades de Saint-Paul – Saint-Gilles – La Saline – Les Avirons – Piton-Saint-Leu – Trois-Bassins.

La circulaire du 5 avril 1972 modifie à partir du 1er mai la numérotation des pelotons mobiles
- le Peloton mobile n° 14 devient Peloton mobile n° 40 à Saint-Denis ;
- le Peloton mobile n° 15 devient Peloton mobile n° 41 à Saint-Denis ;
- le Peloton mobile n° 16 devient Peloton mobile n° 42 à Saint-Pierre.

Un quatrième peloton mobile est créé à Saint-Paul est prend le numéro 43, en ce début d'année 1973.

En 1973, la Légion est dissoute et remplacée par le Groupement de La Réunion. Celui-ci forme corps et en 1974, intègre les Iles Éparses.
En 1975, la compagnie de Mayotte, provenant de la dissolution du Groupement des Comores, est rattachée à cette nouvelle formation.
Le 6 novembre 1975, la brigade de M'TZAMBORO voit le jour, avec pour principale mission la surveillance des migrations des autres îles.
En décembre 1975, la gendarmerie quitte définitivement les Comores pour rejoindre Mayotte, l'état-major s'installant à PAMANDZI.
Malgré encore deux années instables, Mayotte se fait oublier de la Métropole jusqu'aux troubles de 85-86. L'état décide alors de créer en 1988, la brigade territoriale de M'ZOUAZIA.

Le jeudi 7 avril 1977, une fissure s'ouvre au-dessus de Piton Sainte-Rose, et une autre le vendredi 8, dans une région « hors enclos » (en dehors de la caldeira et des pentes du Grand Brulé) où il n'y avait pas eu d'éruption depuis des siècles. À 22h, la coulée atteint les premières maisons du village. Après un ralentissement, la coulée repart de plus belle, et atteint le centre du village le mercredi 13 avril. La gendarmerie est presque complètement encerclée, mais non détruite. Puis c'est le tour de l'église, entourée au 3 /4 par le Nord, l'Ouest et le Sud. La coulée atteint ensuite la mer. Une semaine plus tard, tout était fini. L'évacuation du village a fait qu'aucune victime ne fut à déplorer. Mais trente-trois maisons construites plus légèrement furent détruites, et 290 hectares de terres agricoles furent recouverts par la coulée.

Adjudant GENTAL Joseph.
Gendarme ROGNON Hervé - Groupement de Gendarmerie de la Réunion.
« Les 24 et 30 janvier 1980, lors du passage du cyclone « Hyacinthe » à la Réunion, ont risqué leur vie pour arracher à une mort certaine cinq personne bloquées au milieu d’un torrent en crue et évacuer trois membres d’une famille isolés dans un lieu pratiquement inaccessible ».
Ont obtenu pour ce fait :
- adjudant GENTAL : un témoignage de satisfaction du ministre de la défense, en date du 4 juin 1980
La Médaille d’argent de 1ère classe pour actes de courage et de dévouement par arrêté du préfet de la Réunion, en date du 30 avril 1980 ;
- gendarme ROGNON : un témoignage de satisfaction du ministre de la défense, en date du 4 juin 1980
La Médaille de bronze de 1ère classe pour actes de courage et de dévouement par arrêté du préfet de la Réunion, en date du 30 avril 1980.
Livre d’Or de la Gen
darmerie - 1980.

La décision du 15 mars 1985 crée une brigade territoriale à Bois de Nèfles à compter du 1er avril.
La décision du 1er août 1985, crée le peloton motorisé du Groupement de la Réunion regroupant les brigades motorisées de Saint-Denis et Saint-Louis, le 1er octobre.
Le 1er janvier 1987, un Groupe de Gendarmes Auxiliaires est créé à la Compagnie du Tampon.

La décision du 14 septembre 1990, crée un groupe de gendarmes auxiliaires à Saint-Paul est transfère celui du Tampon à Saint-Denis à compter du 1er septembre.

Adjudant GRANPIERRE Joël - Groupement de Gendarmerie de la Réunion.
« Gradé particulièrement courageux et déterminé.
Le 19 mars 1989, à Saint-Paul, a été gravement blessé au visage au cours de l’interpellation d’un individu qui, armé d’un pistolet à grenaille, troublait l’ordre public.
Dans des circonstances qui pourtant le justifiaient, a donné l’ordre aux personnes de son unité de ne pas tirer, évitant de mettre en péril un groupe de curieux parmi lesquels se trouvaient plusieurs enfants.
A fait montre ainsi d’un esprit d’initiative et d’un sang-froid remarquable. »
A obtenu pour ce fait:
- la Médaille de la Gendarmerie nationale par décision n°16 du ministre de la Défense, en date du 4 juillet 1989.
- par ailleurs, ce sous-officier a été promu, à titre exceptionnel au grade d’adjudant-chef, à compter du 1er décembre 1989.
Livre d'Or d
e la Gendarmerie – 1989.

à suivre.....................

BT D'ENTRE-DEUX

BT D'ENTRE-DEUX

APTG © 2017 - Association médaillée par l'UNPRG le 26/12/2011 -  Hébergé par Overblog