Les gendarmes à Montréal

  • Philippe AUGER
  • Histoire

Qui se souvient des nuits de l’armée ? De la grande parade de la gendarmerie en 1964, au Palais des Sports de Paris ? Peu d'entre nous en vérité. Et qui savait que ce spectacle avait été « exporté » ? J'ai eu la chance de rencontrer l'un de nos aînés qui a participé à cette expédition peu ordinaire. Il m'a confié ses souvenirs et ses documents. Je vous livre donc ces quelques éléments en tentant de les remettre dans leur contexte.

L'exposition universelle de 1967, organisée à Montréal au CANADA, sera le théâtre de notre récit. Cet événement, qui se déroule du 28 avril eu 27 octobre 1967, attirera plus de 50 millions de visiteurs. Soixante-deux pays participent à « EXPO 67 », dont le thème est « Terre des hommes ».

La « grande parade de la gendarmerie » est un spectacle bien rôdé, sous la houlette du réalisateur Christian Jaque (Les disparus de Saint-Agil 1938, Fanfan la Tulipe 1952, Les pétroleuses 1971, entre autres). La gendarmerie va prendre ses quartiers sur l'autostade construit au sein de l'exposition. Cette enceinte peut accueillir 25.000 spectateurs.

L'envers du décor, la logistique, nécessitera de faire traverser l'Atlantique à 120 chevaux, une cinquantaine de motos, une trentaine de jeep, et environ 750 hommes ! Chevaux et véhicules voyageront par bateau, tandis que les personnels rejoindront Montréal par avion. La garde Républicaine est en première ligne avec les cavaliers, les fantassins, la musique, l'escadron motocycliste ainsi que l'équipe de gymnastique. Les effectifs complémentaires proviennent principalement des escadrons de gendarmerie mobile d'Ile de France, incluant la musique de la GM.

L'aventure débute pour notre camarade à l'escadron ½ de Maisons Alfort. Il a à peine 6 mois de service, arrivant de l'école de Gendarmerie de CHAUMONT, lorsqu'il se porte volontaire pour la mission. Tout commence par les essayages des costumes, en l'occurrence des uniformes du règne de Louis XV pour l'évocation de La Maison du Roy et la présentation des drapeaux des régiments de cette époque. Etant marié, et ses camarades toujours célibataires, son épouse conserve le souvenir de bien des travaux de couture pour adapter, ici la longueur des manches, là reprendre un ourlet ou enfin replacer des boutons. Après ces travaux, restés dans l'ombre et pourtant si importants pour la bonne présentation des troupes, le grand voyage vers le CANADA se profile. Sur place, il faut être « multi-cartes ». Entre la présentation de La Maison du Roy et le final, il faut se changer : en survêtement réglementaire pour la mise en place des équipements (obstacles du parcours motocyclistes par exemple) puis les enlever ; treillis et casque moto pour compléter un équipage de jeep lors du carrousel ; tenue Louis XV à nouveau pour le final. C'est une opération « caméléon » de tous les instants.

Du 11 août au 13 septembre 1967, environ 15 représentations seront données. Ce spectacle rencontrera un très grand succès auprès d'environ 300.000 spectateurs d'après les chiffres (re)trouvés. Peut-être que le mémorable voyage du Général De Gaulle au CANADA n'y fut pas étranger. C'est au cours de cette visite officielle, de passage à Montréal, qu'il lance le 24 juillet 1967 son célèbre « Vive le Québec libre ! ». Mais çà, c'est une autre histoire.

Merci à Jacques et à son épouse de m'avoir reçu et d'avoir pris le temps de me conter une partie de leurs souvenirs.

Les gendarmes à MontréalLes gendarmes à Montréal
Les gendarmes à MontréalLes gendarmes à Montréal

marchal 17/12/2016 18:05

j'avais 15 ans quand mon père est partit à Montréal pour faire le bal des lucioles réaliser par les motards de la garde républicaine de Maisons Alfort j'en ai gardé un très bon souvenirs car j'avais vu le spectacle au palais des sports mon père m'a ramené un cendrier de la foire expo que j'ai toujours je voudrai savoir si il existe un CD du spectacle et où l'acheter Merci

APTG © 2017 - Association médaillée par l'UNPRG le 26/12/2011 -  Hébergé par Overblog